top of page

Décryptage des marchés financiers


Que se passe-t-il sur les marchés ?


Performances calculées entre le 31/12/21 et le 25/01/22sur les indices dividendes nets réinvestis et convertis en euros pour le S&P 500 et le MSCI World.

Ce début d'année n'a pas été de tout repos sur les marchés financiers...

-4% sur le CAC 40, -7% sur les actions internationales (MSCI World) et -9% sur les actions américaines (S&P 500) en l'espace de 3 semaines. De sacrées chutes après les fortes hausses en 2021 !

Décryptons ensemble cette actualité mouvementée et réfléchissons à la meilleure stratégie à adopter.

Inflation : faut-il s’inquiéter ?


La Fed l’a annoncé ce mercredi : il faudra se préparer à une remontée de ses taux directeurs dès le mois de mars. Cette remontée s’inscrit directement dans la politique monétaire des banques centrales afin de maîtriser voire limiter l’inflation. En 2021, l’inflation aux États-Unis s’est située à un niveau de 7%, un record depuis 1982 ! En effet, si la politique accommandante de la Fed avec des taux directeurs entre 0% et 0,25% avait pour objectif de relancer la consommation, elle a parallèlement contribué à faire flamber les prix (cf. graphique ci-contre). Ce n’est toutefois pas la seule responsable, la hausse des prix de l’énergie, les pressions salariales ainsi que les difficultés d’approvisionnement sont également à pointer du doigt.



Mais quel impact aura cette hausse sur l’économie ?

L’accès à la liquidité sera plus contraignant, en d’autres termes, l’argent sera « plus cher ». Cela aura pour conséquence de ralentir les investissements et notamment sur les marchés actions. C’est de toute évidence un des facteurs ayant contribué à cette perturbation de début d’année.

Autre impact parfois négligé, celui sur les actifs davantage risqués notamment les cryptomonnaies ! Bitcoin et autres coins ont du souci à se faire car, s’ils avaient bénéficié de l’abondance de la liquidité, cela pourrait ne pas durer…

Source : JP Morgan


Un contexte sanitaire qui évolue : perspectives de croissance et menaces


Si la Covid-19 n’a pas fini de déstabiliser le monde et l’économie mondiale, la reprise s’est tout de même ressentie avec une croissance mondiale atteignant 5,9% en 2021, faisant suite à une contraction de l’économie de -3,7% en 2020.


En 2022, si les effets du variant Omicron rassure de plus en plus, les levées des restrictions ne s’opèrent toutefois pas d’une seule voix. Le Fonds Monétaire International (FMI) reste toutefois positif et anticipe une croissance autour de 4,4%, perspectives quelque peu assombries notamment face au repli du secteur immobilier chinois et de résurgence de tensions géopolitiques sur la frontière ukrainienne.

La fin du fameux « quoiqu’il en coûte » dissipe des inquiétudes quant à des resserrements budgétaires dans certains pays, notamment en Allemagne, ce qui ne risque pas de rassurer les investisseurs…


La meilleure arme : la diversification


Face à ces turbulences de marchés, la diversification reste l'une des meilleures stratégies à adopter. Elle reste un atout majeur et viable pour capter de la performance tout en mitigeant le risque.

Même face à une année 2020 plus que chahutée, on se rend bien compte qu'une allocation répartie sur l'ensemble des classes d'actifs aurait été gage d'un rendement assuré !


Source : Datastream, données au 31.12.2021. La performance indiquée par rapport à l’année précédente est indiquée en % au 31 décembre de l’année concernée, en euros. Actions européennes : MSCI Europe ; actions américaines : S&5 500 ; actions des marchés émergents : MSCI Emerging Markets ; actions asiatiques hors Japon : MSCI AC Far East ex Japan ; obligations d’État des marchés émergents : JPM EMBI Global ; obligations d’État des marchés développés : ICE BofA Gbl Govt ; obligations d’entreprises internationales : Bloomberg Global Credit Corp. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.



Comments


bottom of page